mardi 17 janvier 2012

Marathon - Jour 3 - Vendredi - première partie



Le marathon n est pas seulement le visionnage des films, mais aussi, de pouvoir écrire des papiers sur chacun des films. Ce que j'ai un peu vite oublié !
Et continuer à coté du cinéma à faire plein d’autres choses : 
se promener faire les magasins faire le ménage et plein d’autres choses aussi… 
Et d’aller travailler…  
Mais bon, quand on se fixe sur un objectif quand on prend à cœur à réaliser, c’est bien de s’y tenir je trouve !

Je dois préciser, aussi, que dans cette semaine des incontournables, tous les films ne sont pas diffusés tous les jours, mais, certains, la majorité, uniquement pendant une journée voire une soirée.
C’est vite un casse-tête de planifier les séances dans les cinémas participant à l’opération pour ne pas rater un film qu’on veut absolument voir. 


C’est ainsi que pour Mélancholia,  j’y suis allé vendredi soir sans conviction à l’UGC Georges V.




Première déception, en arrivant …Une petite salle comme je ne les aime vraiment pas beaucoup !  
Heureusement de bons sièges et pas le bruit du métro passant sous les pieds pendant le film. Ouf !
C’est important.

Très belle fable onirique sur la fin du monde ! 
Dépression latente et mélancolie de toute beauté.

En allant le voir je savais qu’il avait eu le prix de l’interprétation féminine à Cannes.
Je ne me rappelais plus pour qui : Kirsten Dunst ou Charlotte Gainsbourg ?
Et, franchement à la fin du film, je ne savais toujours pas qui fut la meilleure interprète de cet film. Elles sont très bien toutes les deux.
Réponse : Kirsten Dunst, c’est elle qu’on voit le plus pendant le film !

Oui je me répète …. C’est une fable sur la fin du monde !
Et il ne faut surtout pas chercher un sens à tous les évènements du film sinon on finit par être déçu...

Avec ces individus en dépression (c’est la fin de leur monde) et charismatiques, je suis ressorti bizarrement du film reposé et content, et, même ressourcer . Et oui !! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire